Ils ont osé la rencontre!

Conférence de Mme Catherine Wihtol de Wenden : les causes des migrations, cliquer ici.

 

« Nous sommes appelés à  surmonter la peur pour nous ouvrir à la rencontre. » Pape François

 

Beau succès pour le Festi’migrants qui s’est déroulé à la Maison du diocèse le samedi 28 septembre 2019 : à l’invitation du Groupe de travail diocésain migrants, bénévoles associatifs et exilés, se sont retrouvés le matin pour un world café, outil d’intelligence collective et de coopération  qui a permis en petits groupes d’échanger autour  de quatre questions, successivement : La fraternité, est-ce ça s’apprend et comment l’ai-je apprise ? Quelles sont mes expériences d’accueil et que m’ont-elles apporté ? Quelles sont les causes de nos peurs de l’étranger ? Comment déconstruire les infox ?

L’après-midi a commencé en  chansons avec la chorale des P’tits bonheurs venue au grand complet dire la joie de la rencontre de l’autre avec des extraits de son spectacle « migrations »  et la désormais célèbre « Carte Sim » née  d’un concert donné à Calais pour  les migrants et les réfugiés. Le public nombreux- près de 100 participants- a ensuite écouté la conférence de Catherine Wihtol de Wenden, juriste et politologue, directrice de recherche au  CNRS, sur les causes des migrations actuelles vers l’Europe, en présence de Mgr  Dollmann. La clarté de son exposé, son discours de vérité scientifique, nourri par des enquêtes sur le terrain, loin des préjugés et des infox  qui circulent sur les réseaux sociaux, ont impressionné  l’auditoire : les migrations sont naturelles et ne s’arrêteront pas ; la fermeture des frontières n’est pas la solution car  elle  favorise  les passeurs et l’immigration clandestine, fragilisant tout le parcours migratoire. Il faut, bien au contraire, ouvrir les frontières et rétablir une immigration de travail par une politique de visas plus généreuse. Elle a déploré que trop de  politiques, au lieu de suivre les avis des experts sur la question migratoire, aient les yeux rivés sur les sondages et leur réélection, laissant le champ libre au populisme.

Un goûter international a facilité les échanges entre participants avant que cette belle journée ne se termine par un temps spirituel en présence de notre évêque : l’assemblée était invitée à une  méditation devant l’icône de l’artiste lettone Arta Skuja,  « Jésus frappe à la porte »,  qui fait partie du triptyque de la chapelle mobile destinée à la vie spirituelle des migrants et  réfugiés à Calais. Il y eut un moment très émouvant quand les intentions de prière spontanées firent écho aux  parcours douloureux des uns et des autres mais aussi à leur Espérance.

 Dans le Message du pape François pour cette 105ème Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié, un thème revient comme un leitmotiv : “ Il ne s’agit pas seulement de migrants ”. Et c’est vrai : il ne s’agit pas seulement d’étrangers, il s’agit de tous les habitants des périphéries existentielles qui, avec les migrants et les réfugiés, sont victimes de la culture du déchet. Le Seigneur nous demande de mettre en pratique la charité à leur égard; il nous demande de restaurer leur humanité, en même temps que la nôtre, sans exclure personne, sans laisser personne en dehors.

Le  Notre Père chanté main dans la main   fut bien le signe que nous formons tous une  même famille humaine.

Article publié par Pastorale des migrants • Publié le Vendredi 04 octobre 2019 • 227 visites

keyboard_arrow_up